Alain Badiou est un philosophe, romancier et dramaturge français, né le 17 janvier 1937 à Rabat au Maroc. Auteur de "L'Être et l'Événement", il s'est aussi engagé sur le plan politique comme maoïste, défenseur du communisme et des travailleurs étrangers en situation irrégulière.
On lui doit aussi un pamphlet intitulé "que De quoi Sarkozy est-il le nom ?" succès et sujet d'une grande polémique.

       

Ancien élève de l'ENS (École normale supérieure), il commence à enseigner à la faculté de Reims. Militant au Parti socialiste unifié (PSU), que dirigeait alors Michel Rocard, il participe, avec Emmanuel Terray à un groupe d'obédience marxisme-léninisme en lutte ouverte contre 'la droite'. Il rejoint ensuite le groupe dirigé par Louis Althusser, puis un groupe maoïste.

Après mai 68, il intègre l'université de Vincennes (devenue Paris-VIII et déplacée à Saint-Denis) dès sa création avec Gilles Deleuze en particulier et y restera près de trente ans. Avec Lacan, il est à l'origine du clivage qui s'est produit avec ceux qui rejetaient toute référence au « bolchévisme » comme Deleuze ou Lyotard.

Il poursuit sa carrière comme professeur à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1999, puis comme directeur de programme au Collège international de philosophie. Très influencé par l'approche marxiste de Louis Althusser, il recourt à la rigueur des mathématiques pour développer une vision ontologique de l'homme.

Alain Badiou est également romancier et dramaturge, travaillant avec des metteurs en scène comme Antoine Vitez ou Christian Schiaretti. Puis il s'intéresse avec son ami François Wahl au travail d’éditeur, d'abord avec Barbara Cassin dans la collection "L’ordre philosophique" aux éditions du Seuil puis dans la collection philosophique "Ouvertures" aux éditions Fayard.

Références : "La république de Platon", Alain Badiou, éditions Fayard, 2012

tumb
"Le suicide de Socrate" de David, 1787 avec la tête d'Alain Badiou. © United Archives/Leemage

A 74 ans, Alain Badiou étonne toujours. Le vieux bretteur communiste persiste et signe, y compris dans ce livre reprenant "La République" de Platon, dialogue socratiques sur la justice et la politique, revu et corrigé par Badiou. [1]

Ouvrage iconoclaste d’un auteur qui sut rendre son aura à la politique et à l’espoir. Avec lui, la philosophie est en vacances, il donne à Platon un frère adolescent et contestataire, règle au passage quelques comptes et censure Platon à l’occasion. Badiou a bien sûr sa propre lecture de "La République" et il goûte fort ce bateau livré à lui-même, où personne ne gouverne, s’identifiant sans doute à un Socrate qui aurait raison contre tous. [2]

Voir aussi : France Culture, Libération, Aimé Thiaud Passion du livre

Bibliographie

  • Choix d'ouvrages d'Alain Badiou :

o "L’Être et l’Événement", Paris, éditions du Seuil, 1988
o "Deleuze", Paris, éditions Hachette, 1997
o "Le fini et l'infini", éditions Bayard, 2010
o "Circonstances", tome 1 à tome 6, Éditions Lignes, 2003-2011

  • Ouvrages importants sur Alain Badiou :

o Fabien Tarby, "La Philosophie d’Alain Badiou", éd. L’Harmattan, 2005
o Fabien Tarby, "Matérialismes d’aujourd’hui : de Deleuze à Badiou", éd. L’Harmattan, 2005
o Kostas Mavrakis, "De quoi Badiou est-il le nom?",éd. L’Harmattan, 2009

Notes et références

  1. Voir le commentaire paru dans le journal "Le Monde" du 26 janvier 2012, intitulé : "La République de Platon", d'Alain Badiou : Platon, le remake"
  2. Voir dans Le Point du 8 janvier 2012, l'article au titre ironique de Claude Askolovitch, "Quand Lénine dîne chez Socrate"
  <<<<<< Christian Broussas - Feyzin - avril 2011 - <<<<<<< © • cjb • © >>>>>>>>>